Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Mai 2021 - n° 840

Revenir du combat, revenir du terrain sensible

« La réalité du champ de bataille est que l'on n'y étudie pas : simplement on fait ce que l'on peut pour appliquer ce que l'on sait. »

Ferdinand Foch

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Mai 2021 - n° 840

Revenir du combat, revenir du terrain sensible

Nos sociétés occidentales ont oublié ce que le mot « guerre » signifiait, avec ses cortèges de morts, de blessés, de veuves, d’orphelins, d’anciens combattants et de douleurs. D’une certaine façon, tant mieux, car cela signifie que nous vivons dans un monde relativement pacifié ; du moins le croit-on ! Or, et c’est le cas de la France, la réalité militaire est notre engagement important en opération, que ce soit au Sahel, en mer, dans les airs, voire sur le territoire national. Nos soldats, hommes et femmes, sont régulièrement envoyés dans des théâtres où ils côtoient la mort, la souffrance, la peur et le doute. Depuis environ un demi-siècle, avec les premières Opex, une nouvelle génération connaît la guerre, même si celle-ci n’est pas forcément de haute intensité. Revenir d’opération n’est pas anodin, retrouver son environnement habituel, partager avec les siens… Autant d’actes et de gestes qui ne sont pas toujours aussi faciles et qui méritent donc d’être étudiés et analysés pour pouvoir encore mieux répondre aux attentes de ceux et celles qui sont concernés.

Ce dossier du mois est le résultat d’un colloque organisé par l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (Irsem) et que l’on pourrait qualifier d’être à « hauteur d’homme ». Au regard porté sur le soldat combattant rentrant d’Opex se rajoutent les témoignages de chercheurs et de journalistes qui sont également allés sur le terrain, dans des zones de conflit. Pour eux aussi, le retour ne fut pas aisé et exige de pouvoir s’exprimer et de dire ce qui est souvent de l’ordre de l’indicible. Derrière ces questions se pose le débat entre une nation en paix et la réalité géopolitique actuelle où le rapport de force redevient un mode de régulation avec des risques désormais permanents d’affrontements militaires, y compris sur le territoire européen.

Il est donc nécessaire de revenir sur la fin de la guerre froide pour comprendre les mécanismes politiques et diplomatiques de l’époque, en particulier sur le rôle de François Mitterrand, ainsi que sur la complexité de la relation franco-allemande sur la politique à conduire à l’égard de la Russie depuis des décennies. Là encore, de nouvelles incertitudes stratégiques se font jour et peuvent nous interroger sur les choix faits pour notre défense.

Ces interrogations sont essentielles, notamment en vue des prochaines échéances électorales de 2022, et la RDN souhaite y contribuer en s’appuyant sur son site Internet avec la création d’un espace dédié au « Débat stratégique » (réservé à nos abonnés) qui permet à la fois de compléter et de réagir au dossier thématique du mensuel. Il est en effet indispensable de pousser cette dynamique de réflexion sur les grands enjeux qui structureront les choix faits pour assurer la sécurité de notre pays et de ses intérêts, mais aussi d’anticiper et d’imaginer des futurs possibles. D’où l’outil numérique qui apporte une contribution essentielle, rapide et simple.

À vos plumes pour apporter vos commentaires et réflexions ! ♦

Jérôme Pellistrandi

Revue Défense Nationale - Mai 2021 - n° 840

Revenir du combat, revenir du terrain sensible

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Amédée De Waziers, Retour de Barkhane - 16 juin 2021

Il n'est pas sans rapport évident avec l'actualité que le retrait déjà engagé depuis quelques années de militaires français au Mali, dans le cadre de l'opération Barkhane. 
La récente décision, du 10 juin, du président de la République française, s'inscrit dans une volonté politique de cesser les opérations de coopération avec le Mali, et à terme d'en venir à réduire de près de la moitié les effectifs français (±2500 soldats). A tort ou à raison pour certains puisque depuis plusieurs années, l'on a tendance à se féliciter de la lutte efficace contre le terrorisme et les démonstrations de forces opérées par les armées françaises ainsi que ces alliés ; à l'inverse le nombre grandissant de morts ainsi que certaines prises de position dans la région viennent remettre en cause la souveraineté de cette région encore loin d'être stable politiquement. 

Toujours est-il que le retour d'un grand nombre de militaires à la suite de l'annonce de la fin de l'opération va poser les questions de l'après, de la reconversion pour certains et des leçons à en tirer. 
N'oublions pas que le Mali, et de manière plus général l'Afrique du Nord/Central est aujourd'hui l'un des théâtres d'opérations les plus importants de la France et de l'Europe à venir (cf. projet de maintien par le groupement de forces spéciales européennes Takuba). Par conséquent, l'on n'organise pas le retour d'Opex de milliers de soldats qui partent dans un conflit organisé et de haute intensité comme l'on organise le retour de soldats ayant intervenu dans des missions de moindre intensité. 

Il est de notre devoir maintenant de comprendre, à l'ère du XXIe siècle les nouveaux enjeux du retour du combat, et plus concrètement dans un combat comme celui-ci dans lequel la France a un rôle prépondérant. Aussi, il importe de soutenir nos hommes confrontés aux horreurs de la guerre, alors même que nous ne sommes plus à l'époque de conflits massifs comme les deux guerres mondiales. 
Comment finalement comprendre et accompagner nos hommes, alors même que les formes de conflictualité évoluent et se multiplient...

Jérôme Pellistrandi, Rôle du Service de santé des armées (SSA) - 23 mai 2021

Le numéro de Juin présentera un article sur le Conseil médical au Commandement et qui vient en quelque sorte compléter ce dossier.

Jérôme Pellistrandi, Recherche de témoignages - 07 mai 2021

Nous recherchons des témoignages de retour, y compris par des marins et des aviateurs, d'autant plus que le milieu d'emploi est différent. N'hesitez pas à contribuer ici pour compléter, critiquer ou élargir le débat. Lire la suite

Tribune

28 juillet 2021

L’ordre disciplinaire de l’État illustré par la politique étrangère tunisienne en Libye (T 1304)

Ilya Zarrouk

À la frontière entre les sciences sociales et la géopolitique, l'analyse d'Ilya Zarrouk revient sur l'application de la théorie de Michel Foucault de l'ordre disciplinaire à travers le prisme, historique et social, des relations entre la Tunisie et la Libye, tout en revenant sur l'histoire de la construction de l'État tunisien.

Lire la suite
Article gratuit jusqu'au 28 août 2021

Florilège historique

« Évolution de l'agriculture et de la politique agricole commune » (août 1973) par Jacques Blanchet

Un des volets essentiels de la construction européenne a été la mise en place d’une Politique agricole commune (PAC), à partir de 1962. La PAC a été essentielle, dans un premier temps, pour moderniser l’agriculture des premiers États-membres, en permettant une amélioration de la productivité et donc une évolution positive des conditions de vie des paysans et du monde rural. Cet essor a été particulièrement profitable pour la France, qui a pu ainsi conforter son agriculture. Toutefois, l’élargissement de l’Europe et la compétition internationale ont mis à mal la PAC dans sa forme originelle, obligeant à des réformes régulières et à une remise en cause de certains avantages, en particulier pour la France. Aujourd’hui, à la pression productiviste se rajoute la préoccupation environnementale avec une opinion publique pratiquant l’« agribashing » sans avoir réellement connaissance de la réalité et de la dureté du travail des paysans. Lire la suite

e-Recensions

Vassili Grossman : Années de guerre  ; Autrement, 2021 ; 336 pages.

Avant d’être l’auteur de Vie et destin, considéré comme le Guerre et paix du XXe siècle, publié en 1960 en URSS, et en 1980 en Occident, Vassili Grossman est celui de Carnets de guerre publiés chez Calmann-Lévy en 2007. S’y ajoutent ces Années de guerre, qui datent de 1946, déjà publiés aux Éditions Autrement en 1993. Voilà qu’ils sont republiés délestés de leur postface, mais agrémentés d’une préface de l’écrivain Mathias Enard. Nous n’entrerons pas dans la polémique portant sur les passages de l’édition princeps parue en 1946 qui ont été coupées par l’éditeur, car consacrées à l’éloge du régime stalinien que l’auteur avait été contraint d’écrire pour passer la censure. Avec le recul du temps, cela ne semble pas essentiel. Reste donc la qualité et la densité du témoignage qui, parmi tant de récits de guerre, rend la lecture des Années de guerre « inoubliable ». Lire la suite

Eugène Berg

Les cahiers de la RDN

Cahier numérique - Juillet 2021 - 37 pages

Cahier numérique - Juillet 2021 - 112 pages

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères