La page que vous avez demandée n'existe pas.

Avril 2020 - n° 829

Avenir de la guerre et ses mutations (2e partie)

« À la guerre, c’est celui qui doute qui est perdu : on ne doit jamais douter. »

Ferdinand Foch

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Revue Défense Nationale - Avril 2020 - n° 829

Avenir de la guerre et ses mutations (2e partie)

Tribune

03 avril 2020

Les services secrets israéliens mobilisés dans la guerre contre le coronavirus (T 1160)

Quentin Nougué

La crise du Covid-19 frappe Israël, où les services de sécurité sont mis à contribution par Benyamin Netanyahou pour tenter de juguler les effets de la pandémie. Certaines mesures décidées par le gouvernement ne sont pas sans susciter quelques inquiétudes.

Lire la suite
Article gratuit jusqu'au 03 mai 2020

Florilège historique

Semaine 14

« La crise des îles Falkland (Malouines) » (juin 1982) par Jacques Vernant

La guerre des Malouines a été atypique dans la mesure où elle a concerné deux pays se réclamant du bloc occidental alors que la guerre froide divise toujours le monde. L’Argentine, dirigée par une Junte militaire, a cru par son coup de force obtenir un succès stratégique renforçant son régime. Mais la Grand-Bretagne dirigée par Margaret Thatcher ne pouvait pas accepter ce fait accompli et Londres engagea une opération militaire conséquente pour reprendre les Malouines. Les combats furent de haute intensité avec des pertes non négligeables. Ainsi, la marine argentine perdit son croiseur-cuirassé Belgrano (admis au service en 1939 dans l’US Navy puis transféré en 1951) et la Royal Navy a vu plusieurs bâtiments coulés dont le HMS Sheffield touché par un missile Exocet. Les pertes furent quasiment militaires (649 Argentins et 255 Britanniques). Seules 3 victimes civiles habitant sur les îles furent à déplorer. La défaite argentine amena la chute de la junte, tandis que Margaret Thatcher fut brillamment réélue. Cette guerre fut très riche d’enseignements notamment pour la construction navale militaire et sur le besoin de « fighting spirit » que les Anglais avaient et qui faisaient défaut aux soldats argentins mal équipés. Lire la suite

e-Recensions

Raoul Delcorde : Diplomatie et politique étrangère à l’heure de la mondialisation  ; Académie royale de Belgique ; 111 pages.

Raoul Delcorde, diplomate belge, fait ici une brève histoire de la mondialisation ou comment la fin de la guerre froide a correspondu à celle de l’ordre westphalien. À la toute-puissance des États s’est substituée une société-monde où de nouveaux acteurs sont entrés dans la danse (ONG, communautés scientifiques, villes, grandes entreprises, etc.). Désormais, la planète entière se trouve interconnectée, les problèmes (notamment économiques, sociaux et environnementaux) des uns concernent forcément les autres. Lire la suite

Antoine Aubert

Les cahiers de la RDN

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères