Semaine 34/2020 : Début de la guerre Iran-Irak le 22 septembre 1980

Le conflit irako-iranien a été déterminant pour la région, tout d’abord en confortant le régime de l’Ayatollah Khomeini et des Mollahs alors très isolé internationalement, et en donnant à Saddam Hussein le sentiment d’être soutenu plus ou moins directement par le monde occidental et arabe sunnite contre Téhéran. Cette guerre très meurtrière a, au final, contribué à la radicalisation des positions des acteurs engagés, avec le développement de stratégies périphériques de contournement, alors même que la rivalité Occident-URSS était une réalité. Paradoxalement, alors que Bagdad a bénéficié de l’appui occidental, Saddam Hussein a cru pouvoir imposer sa domination à une période où le nationalisme arabe prédominait sur les facteurs religieux. D’où l’invasion du Koweït par Saddam, erreur stratégique majeure qui fit de l’Irak, l’ennemi à abattre à partir de 1990. Téhéran a su, à l’inverse, fédérer une nation perse encore marquée par la chute du Shah, quitte à sacrifier de nombreux soldats dans des combats d’usure et à imposer son modèle politique de théocratie.

 

Pour en savoir plus :
Razoux Pierre, La guerre Iran-Irak, première guerre du Golfe 1980-1988, Perrin, 2013.

Semaine 33/2020 : 1re Constitution de la République populaire de Chine le 20 septembre 1954

La Chine a toujours constitué un sujet d’intérêt stratégique pour la France, d’autant plus que la République populaire de Chine de Mao a soutenu le Vietminh dans sa lutte contre la puissance coloniale en Indochine. De plus, certains membres de l’élite communiste comme Chou En Lai avaient séjourné en France dans les années 1920. Autre paradoxe, la France est la mère des Révolutions dont la Commune de Paris en 1871a fortement influencé les mouvements révolutionnaires d’inspiration marxiste. D’où ce regard vers la Chine et dont la RDN a été un des acteurs tout au long de ses publications sur la Chine communiste. Il faudra attendre 1964 pour que le général de Gaulle reconnaisse la RPC, non par connivence idéologique mais bien par la prise de conscience de l’importance de la Chine communiste sur l’échiquier international.

Semaine 32/2020 : Proclamation de la République populaire démocratique de Corée le 9 septembre 1948

Le partage de la Corée en deux entités étatiques semble désormais être définitivement acquis. D’autant plus que le système politique nord-coréen se caractérise par sa dimension dynastique avec la famille Kim. Et l’actuel rejeton, troisième de sa lignée, veille jalousement à en préserver l’héritage, renforcé par la possession de l’arme nucléaire, permettant une forme de dissuasion du faible au fort. De plus, le temps passant, l’imperméabilité de la frontière intercoréenne fait que les liens se distendent entre les peuples des deux États, contrairement à ce qui s’est passé avec les deux Allemagne dont la division n’a duré « que » 45 ans. Kim Jong-un a su s’imposer et éliminer à la fois ses possibles concurrents intérieurs mais aussi en se faisant adouber par Donald Trump comme un interlocuteur légitime. La question coréenne, loin d’être résolue, reste donc complexe et centrale au cœur d’une Asie en pleine mutation sous l’expansionnisme clairement assumé par Pékin.

 

Pour en savoir plus :
Dayez-Burgron Pascal : La dynastie rouge 1945-2014, Perrin, 2016, 384 pages
Morillot Juliette et Malovic Dorian : Le monde selon Kim Jong-un, Robert Laffont, 2018, 270 pages.

Semaine 36/2020 : Prise de pouvoir par le colonel Kadhafi le 2 septembre 1969

Le coup d’État mené à l’automne 1969 en Libye voyait le renversement de la royauté et l’établissement d’un nouveau régime se revendiquant du nationalisme arabe dirigé par un jeune officier supérieur de 27 ans, le colonel Mouammar Kadhafi. La Libye, entre Égypte et Maghreb, apparaissait davantage comme un désert regorgeant de pétrole que comme un État digne de ce nom. Une des interrogations posées par le général Pierre Rondot (1904-2000) portait notamment sur l’absence de cadres capables de faire fonctionner ce pays conglomérat de tribus plus ou moins disparates et hostiles entre elles. Le paradoxe est que depuis la disparition brutale du dictateur libyen en 2011, la situation n’a fait que dégénérer et les antagonismes tribaux et régionaux s’exacerber au point de transformer la région en un vaste trou noir déstabilisant le Sahel. Les contradictions d’aujourd’hui remontent donc à très loin et l’absence d’une élite civile responsable reste une fragilité majeure d’autant plus que les ressources pétrolières continuent d’alimenter les factions en lutte pour le pouvoir central.

 

Pour en savoir plus :
Rondot Pierre : « Libye et Maghreb arabe », Revue Défense Nationale n° 503, novembre 1989.
Bravin Hélène : Kadhafi, vie et mort d’un dictateur, 2012, Éditions François Bourin.

Semaine 35/2020 : Entrée en vigueur du traité créant l'Otan le 24 août 1949

Signé à Washington le 4 avril 1949, le Traité de l’Atlantique Nord donnait naissance à l’Alliance atlantique. Le 24 août de la même année, le texte entrait en vigueur, créant l’Otan pour contrer la menace soviétique alors en pleine expansion. La première réunion du conseil devait intervenir en septembre pour mettre sur pied l’organisation et entamer les procédures visant à renforcer la défense collective de l’Europe de l’Ouest. Cet article de 1956 apporte un éclairage très particulier et qui a été souvent occulté : la standardisation des matériels, élément essentiel en cas de conflit pour faciliter la logistique notamment. L’auteur admet qu’à cette époque, cette standardisation relève plus de l’aide matérielle américaine avec des dotations d’équipements identiques entre les pays membres que d’un processus de convergence des normes. Toutefois, il donne les premiers exemples des choix préconisés avec l’adoption du calibre 7,62 mm ou encore sur l’homologation Otan de l’automouvant AMX-13 équipé d’un canon de 155 mm. Les textes appelés STANAG ont joué un rôle essentiel et l’un des acquis encore essentiels aujourd’hui repose sur cette standardisation qui permet l’interopérabilité des matériels. C’est ainsi qu’aujourd'hui, un avion KC-130J de l’Armée de l’air ou de l’US Air Force est en mesure de ravitailler de nuit un hélicoptère Caracal mis en œuvre par le Commandement des opérations spéciales (COS).

 

Pour en savoir plus :
Kempf Olivier : L’Otan au XXIe siècle, Éditions du Rocher
Reid Escott : Times of Fear and Hope: the Making of the North Atlantic Treaty (1947-1949), Toronton McClelland &Stewart, 1977.

Semaine 34/2020 : Début de la bataille de Marseille le 21 août 1944

Les ports français ont particulièrement souffert pendant la deuxième guerre mondiale. Dans un premier temps, les ports de la Manche furent touchés durant la campagne de mai-juin 1940, en particulier Dunkerque et Dieppe. À quelques jours de l’armistice du 22 juin 1940, les marins et les sapeurs français s’efforcèrent de détruire les installations militaires pour qu’elles ne puissent pas servir aux Allemands. Ceux-ci engagèrent des travaux colossaux pour construire des bases sous-marines géantes notamment à Brest, Lorient, Saint-Nazaire, La Rochelle et Bordeaux. Ces blockhaus firent l’objet de bombardements intensifs de la part des Alliés. Le Havre, Brest, Lorient et Saint-Nazaire furent dévastés. En Méditerranée, Marseille fut relativement à l’abri jusqu’en novembre 1942, étant en zone libre. Premier port de France en 1939, il fut détruit systématiquement par les Allemands à l’été 1944, après le débarquement de Provence, obligeant à de très gros travaux de déblaiement assurés dans un premier temps par les Américains pour assurer le ravitaillement des troupes remontant vers le Nord par la vallée du Rhône et progressivement par les Français avec le renflouement des épaves et le rétablissement des infrastructures indispensables. Le chantier a duré plusieurs années tant les dégâts étaient importants et les ressources limitées.

 

Pour en savoir plus :
Busquet Raoul : Histoire de Marseille, 2002.
Espagnac du Ravay : Vingt ans de politique navale (1919-1939), Arthaud, 1941.
« Marseille premier port de France - 1945 l'occupation par l'Allemagne nazie, le minage et la destruction du port, et sa réouverture par les forces alliés lors de la Seconde Guerre mondiale » (https://www.dailymotion.com/video/x16wuor).

Semaine 33/2020 : Inauguration du Canal du Panama le 15 août 1914

Quelle que soit sa grande valeur économique, ce ne sont pas les raisons commerciales qui ont incité les États-Unis à construire le canal de Panama : la préoccupation dominante du gouvernement américain, aujourd'hui comme hier, est essentiellement politique, plus exactement militaire.

Semaine 32/2020 : Bombardements nucléaires d'Hiroshima et de Nagasaki les 6 et 9 août 1945

En 1962, la France, sous l’impulsion du général de Gaulle est en même temps en train de sortir du conflit algérien au prix d’une séparation douloureuse mais surtout en voie de constituer ses forces nucléaires, lui permettant de retrouver une indépendance internationale sans ambiguïté, alors que celle-ci s’était effondrée en mai-juin 1940 et avait été mise à mal lors de l’opération de Suez en novembre 1956. D’où la nature essentiellement politique de l’arme atomique, contrairement à l’usage qui en avait été fait en août 1945 contre le Japon. Cette dimension stratégique accordée à la Bombe renforçait l’autorité politique mais lui conférait une nouvelle responsabilité dans la préparation de la Nation à affronter la guerre le cas échéant. À cet égard, les institutions voulues par l’Homme du 18 juin permettent ce choix en donnant au Président de la république un pouvoir sans commune mesure avec ses prédécesseurs des IIIe et IVe République mais avec désormais une exigence majeure pour garantir l’existence de la Nation.

 

Pour en savoir plus :
Vandier Pierre : La dimension au troisième âge nucléaire, Éditions du Rocher, 2018.
Castex Raoul : « Aperçus sur l’arme atomique », RDN, octobre 1945.

Semaine 31/2020 : Le parti Baas prend le pouvoir en Irak le 31 juillet 1968

En 1972, Paul Balta (1929-2019), grand connaisseur du monde arabe, analysait l’évolution de l’Irak, 4 ans après l’arrivée du parti Baas au pouvoir, avec depuis 1969, un jeune vice-président de 32 ans, Saddam Hussein. L’auteur soulignait la complexité du pays, mosaïque de peuples et de religions avec notamment la question kurde et la place accordée aux Kurdes dans la construction politique de l’État. Malgré ces fractures, il apparaissait à cette époque un grand dynamisme dans le développement économique, grâce aux revenus du pétrole et qui permettait de dépasser les antagonismes d’une société divisée ethniquement et classiquement. Par ailleurs, l’Irak présentait une image de modernisme susceptible de resserrer les liens avec l’Europe et la France tout particulièrement dont la position gaullienne poursuivie alors par le président Pompidou attirait l’attention de pays comme l’Irak.

 

Pour en savoir plus :
Luizard Pierre-Jean : La question irakienne ; Fayard, 2002
Razoux Pierre : La guerre Iran-Irak ; Perrin, 2013

Semaine 30/2020 : Déclenchement de l’opération Walkyrie – assassinat d’Hitler et renversement du régime nazi – le 20 juillet 1944

Le 20 juillet 1944, l’attentat contre Hitler tenté par von Stauffenberg fut un échec, le Führer n’ayant été que blessé. La répression féroce qui s’en suivit élimina tous ceux qui avaient participé de près ou de loin à l’opération Walkyrie. Ce texte de 1948 souligne avec force les divergences qui existaient au sein du haut commandement allemand face au nazisme. Mais la culture militaire et « prussienne » des généraux les a empêché d’aller jusqu’au bout, car ils n’avaient pas cette expérience de putschs ou de pronunciamento existant par exemple en Espagne. La loyauté et la fidélité associées à une nazification de la société militaire allemande ont fait que la majorité des chefs ont préféré rester dans la légalité, quitte à entraîner l’Allemagne dans l’apocalypse.

 

Pour en savoir plus : Philippe Masson, Histoire de l’armée allemande, Perrin.

Semaine 29/2020 : Début de la crise de Bizerte le 19 juillet 1961

En 1952, l’amiral Barjot (1899-1960) s’interrogeait sur le rôle stratégique que pouvait jouer la base marine et aéronavale de Bizerte. Remarquablement bien situé, entre Méditerranée occidentale et oriental, le port de Bizerte fut l’enjeu ce combats importants en fin 1942 entre les Alliés et les troupes allemandes. Après l’indépendance de la Tunisie, la France conserva l’usage des installations jusqu’en 1963 au prix de nombreuses tensions avec le régime de Bourguiba. La position géographique de Bizerte en faisait un pendant à Gibraltar et permettait de contrôler le canal de Sicile.

Pour en savoir plus :
Vice-amiral Barjot : Vers la marine de l’âge atomique, Éditions Amiot Dumont, 1955.
Samya El Machat : « La crise de Bizerte 1960-1962 » Outre-mers, Revue d’histoire, 2000.

 

Semaine 28/2020 : Décès de Louis Franchet d'Esperey le 8 juillet 1942

Le Maréchal Louis Franchet d’Esperey, né en 1856 à Mostaganem et décédé le 8 juillet 1942 à Saint Amancet, petite commune rurale du Tarn, est le plus méconnu des 8 maréchaux de la Grande Guerre. Saint-Cyrien, il fit une grande partie de sa carrière outre-mer participant notamment au côté de Lyautey à la pacification du Maroc. Général, il contribua directement à la victoire de la Marne à la fin de l’été 1914 et obtint de grands succès militaires dans les Balkans, libérant la Serbie et affaiblissant directement les forces de l’Empire austro-hongrois. Gravement blessé dans un accident de voiture en 1933 dans le Sud tunisien au cours d’une reconnaissance pour la construction d’une route, il poursuivit ses activités malgré les handicaps subis. Élu à l’académie française en 1934, il consacra la fin de sa vie à soutenir les anciens combattants issus d’Afrique. Cet article fut publié par la rédaction de la RDN à l’occasion du centenaire de la naissance du Maréchal afin de rendre hommage à un soldat un peu oublié dans la mémoire nationale.

Pour en savoir plus :
Maréchal Franchet d’Esperey : Mémoires, 1925.
Histoire militaire et navale, Collection Hanoteau, 1927.
Bugeaud, Hachette, 1938
Pierre Gosa : Un Maréchal méconnu, Franchet d’Esperey, vainqueur des Balkans, Nouvelles éditions latines, 1999.

Semaine 27/2020 : Réunification du Vietnam le 2 juillet 1976

Le 2 juillet 1976, le Vietminh vainqueur de la guerre du Vietnam unifiait le pays sous une tutelle de fer idéologiquement basée sur le marxisme-léninisme. Pour les États-Unis, c’était la fin d’un conflit compliqué ayant divisé la société américaine et ayant sapé la croyance en la superpuissance américaine. Vingt ans après, le Reaganisme avait rendu une grande part de sa fierté aux États-Unis dans un contexte de déclin de la guerre froide avec une URSS bientôt à l’agonie. Le paradoxe est qu’en 2020, d’une part, le Vietnam, hier ennemi des États-Unis, accueille régulièrement les porte-avions de l’US Navy face au voisin chinois aux ambitions ouvertement affichées et que Washington est à nouveau dans une situation difficile en raison d’un unilatéralisme brutal imposé par Donald Trump et remettant en cause ses alliés traditionnels. Entre-temps, les échecs en Afghanistan et en Irak interrogent sur la capacité américaine à gérer des conflits asymétriques non vitaux.

Mots-clés : Vietnam, Vietminh, Ho Chi Minh, général Giap, Jimmy Carter, Ronald Reagan.

Pour en savoir plus :
Hugues Tertrais : Atlas des guerres d’Indochine 1940-1990, Éditions Autrement, 2004, 64 pages
Philippe Franchini : Les guerres d’Indochine (2 tomes), Pygmalion, 1988, 453 et 453 pages

Semaine 26/2020 : Signature de la Charte des Nations unies instituant l’ONU le 26 juin 1945

Après l’euphorie de la victoire sur l’Allemagne nazie le 8 mai et alors que le Japon était à l’agonie, 51 États (aujourd’hui ils sont 193, sans compter les observateurs comme le Saint-Siège) signaient à San Francisco la Charte des Nations unies, instituant ainsi l’ONU. Après l’échec de la Société des Nations dans les années 1930, le monde se dotait d’une nouvelle institution universelle censée réguler désormais les conflits et éviter une troisième guerre mondiale. Malgré la bonne volonté des uns et des autres, très vite l’ONU fut confronté à ses premières crises sur fond de guerre froide, entre deux systèmes politiques incompatibles. D’un côté, le monde dit libre protégé par les États-Unis et de l’autre le bloc soviétique piloté par l’URSS et s’appuyant sur la doctrine marxiste-léniniste. Pourtant, l’ONU, à défaut de résoudre la conflictualité mondiale, existe toujours, malgré ses nombreux défauts. Certes, de nombreux projets de réforme notamment du Conseil de sécurité sont sur la table mais l’immobilisme règne. C’était le constat en 1994 et un quart de siècle après, les questions demeurent.

 

Pour en savoir plus :
Charillon Frédéric, Ramel Frédéric et Balzacq Thierry, Manuel de diplomatie, Presses de Sciences-Po, 2018.
Brahimi Lakhdar et Marcoux Sonia, « L’ONU survivra-t-elle en 2034 », Politique étrangère vol. 2006/4, p. 771-783.

Semaine 25/2020 : Naissance d’Heinz Guderian le 17 juin 1888

Le 17 juin 1888 naissait Heinz Guderian en Prusse orientale. Issu d’une lignée d’officiers, il intégra une école de cadets en 1903. Officier de transmissions, il s’intéressa très vite à l’emploi de la motorisation et donc des blindés dont il fut le principal promoteur dans la Wehrmacht. À la tête d’unités blindées en Pologne en 1939 puis en France en 1940, il mit en pratique la doctrine de la Blitzkrieg. Le 1er mars 1943, il devient inspecteur général des troupes blindés et sert avec fidélité Hitler, manœuvrant habilement notamment lors de la tentative du 20 juillet 1944. Fait prisonnier le 10 mai 1945, il est libéré en 1948 sans procès, ayant réussi à convaincre d’une Wehrmacht non coupable de crimes de guerre, ce qui s’est révélé faux. Expert des blindés, il est alors sollicité pour donner son avis d’autant plus que la guerre froide gagnait en intensité. Il publie plusieurs ouvrages dont Panzer leader en 1952. Il meurt le 14 mai 1954 à 65 ans. Un de ses fils, Heinz Günther Guderian (1914-2004) fut lui aussi un spécialiste des blindés et acheva sa carrière militaire comme général inspecteur des troupes blindées de la Bundeswehr.

Pour en savoir plus :
Heinz Guderian : Achtung Panzer, 1937.
Heinz Guderian : Souvenir d’un soldat, Tempus, 2020 (édition avec commentaires).

Semaine 24/2020 : La Résistance française en juin 1944

Le 6 juin 1944, l’opération Overlord permettait aux Alliés de débarquer sur les plages normandes et ouvrir ainsi un second front contre les armées du IIIe Reich. La libération de la France débutait avec la bataille de Normandie qui a duré jusqu’à la fin du mois de juillet. La France, sous la direction du général de Gaulle et du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), y a contribué militairement et politiquement, permettant ainsi de retrouver une place perdue en juin 1940. Le rôle de la Résistance a été un atout majeur face à la Collaboration incarnée par le régime de Vichy. L’évaluation de l’aspect militaire a également été un enjeu politique, notamment dans le rapport de force entre les FFL et les FFI, le général de Gaulle imposant l’amalgame et l’intégration de ces dernières au sein de l’armée française. Depuis, les enjeux mémoriels demeurent et ont constitué un des fondamentaux de la vie politique de la IVe République et de la Ve République jusqu’aux années 1980.

Pour en savoir plus : 
André Kaspi : La Libération de la France, Perrin,1995.
Paul Gaujac : Les Forces spéciales de la Libération, Histoire & collections, 1999.

Semaine 23/2020 : Début de la guerre israélo-arabe des Six Jours le 5 juin 1967

Le 5 juin 1967, Israël déclenchait une guerre contre une coalition arabe dirigée par l’Égypte. En six jours, les armées arabes furent vaincues et eurent un sentiment d’humiliation tant la défaite fut rapide en démontrant les carences de ces forces armées, piliers de régimes autoritaires. Sans conteste, Tsahal sut manœuvrer et exploiter au mieux sa supériorité tactique en faisant preuve d’audace et d’inventivité. La guerre des Six Jours a ainsi marqué un tournant dans l’art militaire, analysé dans cet article publié quelques mois après le conflit et traitant du Retex issu de la littérature disponible à cette époque. Une des failles de l’Égypte fut notamment l’incapacité de son commandement à réagir.

Pour en savoir plus :
Razoux Pierre : La guerre des Six jours, du mythe à la réalité, Economica, 2006, 314 pages
Razoux Pierre : Tsahal, Nouvelle histoire de l’armée israélienne, Perrin, 2006, 612 pages

Semaine 22/2020 : Décès d’Abd el-Kader le 26 mai 1883

En mai 1883, Abd el-Kader s’éteignait à Damas, à l’âge de 76 ans. Sous la plume très alerte de Jules Bertaut (1877-1959), le portrait de ce grand chef de guerre, fin lettré par ailleurs, rappelle l’aura que celui-ci a eu tant dans sa lutte contre la présence française entre 1830 et 1847 dans ce qui allait devenir l’Algérie, que dans son respect de ses adversaires y compris chrétiens durant toute sa vie. Le personnage a donc exercé une vraie fascination et a reçu une reconnaissance de son vivant, y compris de la France qui lui accorda la Légion d’honneur pour avoir sauvé des populations chrétiennes au Proche-Orient en 1860. Certes, le style du texte peut paraître aujourd’hui très ampoulé mais il correspondait à un genre littéraire très en vogue notamment sous la IIIe République.


Pour en savoir plus:
Jules Bertaut : Le Roi bourgeois (Louis-Philippe intime) ; Grasset, 1936.
Bruno Étienne : Abd el-Kader ; Hachette, 1994.

Semaine 21/2020 : Décès du Maréchal Pélissier le 22 mai 1864

Héritière d’une longue histoire militaire nationale la RDN a publié en 1949 une « hagiographie » du Maréchal Aimable Pélissier décédé le 22 mai 1864 à l’âge de 70 ans, alors qu’il était gouverneur d’Algérie. Le Duc de Malakoff appartient à ces générations marquées par l’épopée napoléonienne et qui ont vécu l’Empire, la Restauration, la monarchie de Juillet puis le second Empire, une longue période où la France débute la révolution industrielle et la conquête coloniale à partir de l’Algérie. Le Maréchal Pélissier a ainsi connu une belle carrière comme on les concevait à l’époque, avec panache, gloire et honneurs. Saint-Cyrien, il vécut les expéditions en Espagne en 1823 et en Algérie en 1830, et la guerre de Crimée à partir de 1855. Il fut grand chancelier de la Légion d’honneur et se maria tardivement à l’âge de 65 ans. Ce parcours est aussi significatif d’une armée française qui sut se couvrir de gloire sur les champs de bataille mais ne sut pas évoluer techniquement et doctrinalement, contrairement à l’armée prussienne et qui le paya très cher en 1870.

 

Pour en savoir plus :
Alain Gouttman : La guerre de Crimée, 1853-1856 la première guerre moderne, Perrin, 2003
Hervé Drévillon et Olivier Wieviorka (dir.) : Histoire militaire de la France, Tome 1, Des Mérovingiens au Second Empire, Perrin, 2018

Semaine 20/2020 : Bataille de Montcornet, le 17 mai 1940

La campagne de mai-juin 1940 signe la plus grande défaite militaire, politique et morale de la France. Son étude reste essentielle pour en comprendre les raisons. Contrairement à une légende noire, les armées françaises se sont battues courageusement et l’effondrement tient essentiellement dans la faillite du haut commandement à faire face à l’offensive blindée allemande. Le retard pris doctrinalement sur l’emploi du char y est pour beaucoup. À l’inverse, les combats de la 4e DCR autour de Montcornet à partir du 15 mai ont démontré qu’il était possible de contre-attaquer et de stopper les chars allemands. Mais l’insuffisance des moyens logistiques et l’absence d’un réel appui aérien ont entravé la 4e DCR qui n’a pas démérité.

Pour en savoir plus : 
François de Lannoy et Max Schiavon, Les généraux français de 1940, Éditions E.T.A.I, 2013
Jean-Gabriel Jeudy, Chars de France, Éditions E.T.A.I, 1997

Semaine 19/2020 : Entrée en vigueur de l’accord de Paris et inclusion de la RFA au sein de l’Otan conduisant à son réarmement le 5 mai 1955

Dix ans après la capitulation sans condition du Reich nazi, la question du réarmement de la République fédérale d’Allemagne (RFA) se posait face à la menace soviétique. Après des débats intenses où la France s’est longuement inquiétée de la résurgence d’une armée allemande, les Alliés donnèrent le feu vert avec les Accords de Paris en 1954. Dès lors, le Bundestag à Bonn a débattu sur le modèle et la nature de la future Bundeswehr : une armée de citoyens en uniforme, une milice ou une continuation de la Wehrmacht dissoute au printemps 1945. Parmi les points essentiels pour cette recréation : le commandement et l’encadrement à partir des officiers supérieurs et généraux de 1945. Autre souci : comment concilier une nouvelle armée avec une opinion publique toujours traumatisée par le nazisme exprimant un pacifisme militant.

Pour approfondir :
Étienne François et Hagen Schulze (dir.) : Mémoires allemandes, Gallimard, 2007
Jérôme Fehrenbach : Von Galen, un évêque contre Hitler, Éditions du Cerf, 2018

Semaine 18/2020 : Suicide d'Adolf Hitler le 30 avril 1945

30 avril 1945 : Adolf Hitler se suicide avec Eva Braun dans son bunker souterrain près de la Chancellerie du Reich. Sa disparition, en pleine bataille de Berlin, accélère l’effondrement du Reich qui capitule le 8 mai sans condition, après la signature de Reims le 7 mai. De nombreux débats ont porté depuis sur la responsabilité du Führer dans la conduite des opérations. De fait, les travaux des historiens et des militaires ont largement confirmé ce qui ressort de cet article du général (Air) Lionel-Max Chassin (1902-1970) sur l’entière domination et contrôle du système politique et militaire nazi par Hitler. Celui-ci a conçu et conduit les opérations, y compris en désavouant ses généraux et sacrifiant ses soldats. Les succès autant que les défaites ressortent bien d’Hitler. Son incapacité à comprendre l’inéluctabilité du désastre causé par son idéologie a entraîné l’Allemagne dans le plus grand désastre de son histoire.

Pour mieux comprendre :
Philippe Masson : Hitler, chef de guerre ; Perrin, 2005
Marlis Steinert : Hitler, Fayard, 1991
Jean Lopez : Les derniers jours d’Hitler, Tempus, 2020

Semaine 17/2020 : Début de la Conférence de Genève mettant fin à la présence française en Indochine le 26 avril 1954

Le 26 avril 1954 s’ouvrait à Genève une Conférence décisive pour l’avenir du Sud-Est asiatique dans un contexte dramatique avec l’agonie du camp retranché de Dien Bien Phu qui allait tomber le 7 mai. Le 19 juin, Pierre Mendès France (1907-1982) devient Président du Conseil avec l’objectif de sortir la France du guêpier indochinois tout en préservant au maximum ses intérêts dans la région. Tous les acteurs de la guerre froide ont été présents à Genève avec Ho Chi Minh pour le Vietminh, qui allait obtenir l’indépendance du Vietnam du Nord. Pour la Chine communiste, Zhou Enlai (1898-1976) – orthographié à l’époque Chou En Lai – fut le principal négociateur. Fin connaisseur de l’Europe et en particulier de la France, il permit à Pékin de prendre un fort ascendant. Si la France dut au final se retirer rapidement de l’ex-Indochine, les Américains prirent très vite le relais en soutenant le Vietnam du Sud.

Pour en savoir plus : Georges-Henri Soutou : La guerre froide de la France 1941-1990, Éditions Tallandier, 2018, 592 pages
Hervé Drévillon et Olivier Wieviorka : Histoire militaire de la France Tome II de 1870 à nos jours, Perrin, ministère des Armées 2018, 550 pages

Semaine 16/2020 : Création de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) par le Traité de Paris le 18 avril 1951

Le 18 avril 1951, la signature du Traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) signifiait à la fois la fin d’une conception d’une Europe imprégnée par la rivalité franco-allemande ‑ provoquée par la guerre de 1870 entre l’empire de Napoléon III et la Prusse de Guillaume Ier et de son chancelier Bismarck et ayant atteint son paroxysme avec la Seconde Guerre mondiale –, et une nouvelle perspective d’un projet européen non plus marqué par l’asservissement mais par une coopération accrue sur un pied d’égalité. La CECA s’inscrit dans le contexte de la guerre froide avec l’acceptation définitive par Paris de la reconstruction politique de la République fédérale d’Allemagne (RFA). Bonn devient ainsi un partenaire majeur alors que les années immédiates de l’après-guerre voyaient encore les Français considérer l’Allemagne comme restant un adversaire potentiel et dont il fallait se méfier. La CECA a ainsi contribué à la construction européenne, concrétisée avec le Traité de Rome en 1957, instituant l’Europe des « Six ».

Semaine 15/2020 : Début du génocide au Rwanda le 7 avril 1994

L’année 1994 a vu le Rwanda plonger brutalement dans une guerre civile débouchant  sur un génocide dont les cicatrices demeurent. L’affrontement interethnique entre Hutus et Tutsis a entraîné l’opération française Turquoise contestée par les uns, soutenue par les autres. Les conséquences du conflit rwandais restent encore perceptibles dans la région de l’Afrique des Grands Lacs aux nombreuses potentialités économiques.