Semaine 4/2020 : La France reconnaît la Chine communiste le 27 janvier 1964

En février 1964, la France du général de Gaulle reconnaissait officiellement la République populaire de Chine de Mao. Jacques Vernant (1912-1985) éclairait ici les grandes discussions diplomatiques alors en cours avec notamment la visite aux États-Unis du Chancelier allemand Ludwig Erhard (1897-1977) devant concilier à la fois le lien de dépendance étroite avec Washington mais aussi le besoin de la relation franco-allemande au cœur de la Communauté économique européenne (CEE). Le président Johnson en profita pour donner son feu vert à des discussions entre la République fédérale d’Allemagne (RFA) et le bloc soviétique en vue de réduire les tensions en Europe. Au même moment, Chou en Lai, le ministre des Affaires étrangères chinois, effectuait un long voyage principalement en Afrique, traduisant une diplomatie d’ouverture, contrastant d’ailleurs avec la brutalité idéologique du régime maoïste à l’intérieur de la RPC.

Semaine 3/2020 : Georges Clemenceau quitte la présidence du Conseil et part en retraite le 18 janvier 1920

Le 18 janvier 1920, Georges Clemenceau quitte la présidence du Conseil, sa candidature à la Présidence de la république ayant été rejetée par les parlementaires. Le vieux « Tigre » a alors quitté la scène politique et eut alors une retraite très active, alternant voyages à l’étranger et rencontres. Durant cette ultime étape de sa vie, il rencontra Marguerite Baldensperger, de 40 ans plus jeune et mariée à Fernand Baldensperger (1871-1958), vosgien et professeur de littérature, pionnier des études de la littérature comparée. Marguerite décéda en 1936 et a échangé 668 lettres avec Clemenceau, constituant ainsi un fond particulièrement passionnant pour mieux comprendre celui qui a été un acteur majeur de la politique française de 1871 à 1920.

Semaine 2/2020 : Création du SHAEF et du COSSAC à Casablanca le 14 janvier 1943

Lors de la conférence interalliée tenue à l’hôtel Anfa à Casablanca à partir du 14 janvier 1943, Roosevelt et Churchill mirent sur pied les structures de commandement interalliées qui allaient permettre de combattre l’Allemagne nazie et le Japon, avec la création du poste de COSSAC et du SHAEF. L’organisation de ce type d’État-major de haut niveau a été un élément clé pour tous les pays belligérants. Le SHAEF, très vite dominé par les Américains, préfigure ce qui est aujourd’hui constitutif de l’OTAN avec le SHAPE et SACT. D’où l’intérêt de cette analyse de 1949 étudiant également les systèmes allemands et soviétiques pour lesquels Hitler et Staline étaient les ultimes décideurs.