Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

Avril 2018 - n° 809

Préparer demain : innover et anticiper

« La décision appartient à l’homme et l’intelligence artificielle lui procure une aide supplémentaire... »

Philippe Coindreau

La guerre est hélas un accélérateur de technologies et de progrès… Depuis l’Antiquité, soldats, savants et ingénieurs ont mis en commun leurs ressources pour concevoir, développer et utiliser des armements plus perfectionnés afin de gagner la guerre. Et bon nombre d’innovations ont bénéficié de cette longue marche, avec à chaque fois l’espoir que la victoire serait synonyme d’une paix définitive. Le centenaire de la Grande Guerre en est une illustration avec certes l’industrialisation terrifique du champ de bataille, mais aussi l’accélération de la mécanisation, le développement de l’aviation, l’essor de la radio et la médecine d’urgence qui permit de sauver des milliers de combattants malgré leurs blessures. Lire la suite

p. 1-1

Nos armées innovent, non pas pour être à la mode mais bien pour gagner les guerres de demain. Cela nécessite d’adapter notre organisation, de gagner en flexibilité et de permettre une véritable démarche à tous les échelons pour que l’innovation pénètre la culture militaire. Cette approche nous permettra de remporter la bataille de la supériorité opérationnelle. Lire les premières lignes

p. 5-10

Communiqué de l’Élysée du 24 mars 2018 Lire la suite

p. 12-12

Préparer demain : innover et anticiper

L’Armée de terre est confrontée à des ennemis en mutation permanente. Elle est dès lors naturellement tournée vers l’innovation pour gagner ses combats. Cela exige de combiner la projection sur le temps long et les défis de la boucle courte avec une capacité améliorée à développer au plus vite des projets innovants répondant au besoin opérationnel. Lire les premières lignes

p. 13-20

L’Armée de l’air a toujours porté en elle l’innovation. Aujourd’hui, innover est dans les gènes des aviateurs avec de nombreuses initiatives pour renforcer ce mouvement. Le plan Air Innov’2022 doit stimuler les bonnes pratiques et lever les barrières qui pourraient constituer des freins. Innover permettra à l’Armée de l’air de faire la différence. Lire les premières lignes

p. 21-27

La Marine réfléchit aux défis que constitue la Marine version 4.0 où la transformation numérique doit entraîner une mutation profonde de toute son organisation et de ses savoir-faire opérationnels. De nouveaux outils permettront une adaptation permanente en bousculant les traditionnels conservatismes. Lire les premières lignes

p. 28-33

Les armées, directions et services se sont engagés dans un processus vertueux de transformation digitale, leur permettant d’accélérer leur adaptation à un monde en pleine mutation. Il faut alors penser et agir autrement, en imaginant demain avec dynamisme et en décloisonnant à la fois les idées et les pratiques pour gagner. Lire les premières lignes

p. 34-38

Le Commandement allié Transformation (ACT) s’est engagé dans une démarche favorisant la culture de l’innovation, en évitant le fonctionnement en vase clos et en privilégiant une ouverture vers l’extérieur. Pour ACT, innover n’est pas une mode mais bien un besoin majeur et permanent. Lire les premières lignes

p. 39-45

Le Service de santé des armées (SSA) s’est toujours appuyé sur des innovations techniques et organisationnelles pour progresser et répondre aux besoins des militaires. Innover est donc vital. Le SSA a mis en place un nouveau dispositif pour soutenir les projets innovants et donner les moyens de concrétiser de nouvelles idées et favoriser la prise de risque. Lire les premières lignes

p. 46-53

Le Service de santé des armées (SSA) est responsable du soutien médical dans toutes ses composantes, en particulier pour les opérations. Avec la Direction générale de l'armement (DGA) et d’autres partenaires, il développe des aptitudes et des techniques innovantes pour être au meilleur de la pratique médicale, y compris dans le contexte exigeant des Opex. Lire les premières lignes

p. 54-58

Le numérique et en particulier l’intelligence artificielle modifient profondément l’organisation et le fonctionnement des postes de commandement. La révolution numérique accélère et augmente les capacités de traitement des données, offrant dès lors de nouvelles opportunités pour accroître l’efficacité du C2. Lire les premières lignes

p. 59-64

La Marine dispose de centres experts qui contribuent directement au processus d’innovation opérationnelle : le Centre d’expérimentations pratiques de l’aéronautique navale (CEPA) et le Centre d’expertise des programmes navals (CEPN). S’appuyant sur une expertise « terrain », ces organismes permettent une meilleure réactivité pour conduire des programmes innovants, à condition que l’on lève certaines pesanteurs bureaucratiques. Lire les premières lignes

p. 65-71

L’intelligence artificielle fait évoluer profondément la cyberdéfense tant dans sa structuration que dans ses processus d’analyse et de résolutions des problèmes. De nouvelles et nombreuses opportunités s’ouvrent déjà à l’IA, même s’il reste encore beaucoup à faire pour tirer pleinement profit de l’exploitation des données. Lire les premières lignes

p. 72-77

Préparer les mobiles aériens de demain oblige à penser à leur survivabilité dans un environnement hostile. Un effort de recherche et d’innovation est nécessaire pour développer des démonstrateurs permettant de faire des choix entre différentes options comme la vitesse ou la furtivité pour pénétrer les défenses adverses. Lire les premières lignes

p. 78-82

La défense s’intéresse de façon active à l’intelligence artificielle et à ses apports avec des applications de nature très diverse. Les développements s’appuient sur des approches pluridisciplinaires avec le besoin d’une réflexion permanente sur l’apport de l’IA aux opérations et à la conduite de celles-ci. Lire les premières lignes

p. 83-88

Les systèmes automatisés – vulgairement, les robots – et l’intelligence artificielle en plein essor posent des questions complexes quant à l’éthique de leur conception et de leur emploi. Il faut donc développer une éthique opératoire accompagnant ce processus irréversible en s’inscrivant dans la réalité. Lire les premières lignes

p. 89-92

L’impression 3D en fabrication additive ne cesse de se développer avec des applications civiles mais aussi pour l’industrie de défense. Cette technologie procure de nombreux avantages mais nécessite une attention particulière et une capacité de contrôle pointue des pièces produites car le recul technologique est encore trop récent. Lire les premières lignes

p. 93-97

Approches régionales

Le Cameroun, majoritairement francophone, possède une minorité anglophone qui connaît aujourd’hui un mal-être, se considérant mal reconnue. Les solutions sont d’ordre politique et passent par un dialogue entre les parties prenantes en considérant que le multilinguisme est non pas un problème mais une opportunité. Lire les premières lignes

p. 101-106

Repères - Opinions

La zone du Donbass reste une aire de conflictualité entre Moscou et Kiev après trois ans d’une guerre larvée avec plus de 10 000 morts. Les solutions politiques semblent difficiles à mettre en œuvre, en considérant que le Donbass est désormais un poids mort et embarrassant pour les deux parties qui refusent tout réel compromis. Lire les premières lignes

p. 107-112

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) adopté en juillet 2017 voudrait déboucher sur un désarmement nucléaire, poussé par des ONG dont ICAN (Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires). Le TIAN répond davantage à une pression normative qu’à la réalité stratégique et ne devrait pas modifier fondamentalement la donne, même si la réflexion sur la maîtrise des armements reste légitime. Lire les premières lignes

p. 113-117

Après un semestre de négociations, le nouveau gouvernement allemand vient d’être mis en place sous la direction d’Angela Merkel. La reconduction d’Ursula von der Leyen à la tête du ministère de la Défense et l’accord établi pour la coalition ne devraient pas infléchir sa politique de défense du territoire. Lire les premières lignes

p. 118-122

Chronique

Comme la campagne des Dardanelles n’avait fait l’objet d’aucune planification, ni anticipation, lorsque l’effort naval a dû être basculé vers un effort terrestre, toutes les options étaient ouvertes. Certains, estimant impossible un succès aux Dardanelles, se montraient partisans d’une action débouchant de Salonique, et dirigée contre l’Autriche. D’autres préconisaient le forcement des détroits par leur rive asiatique. Finalement, le commandement britannique opte pour une action en force sur la presqu’île de Gallipoli, visant à s’emparer du plateau de Kilid Baltar sur la rive Ouest du défilé de Tschanak dont la possession assurerait le contrôle du défilé. L’attaque principale devait être portée sur la pointe Sud-Ouest de la presqu’île, dans la zone de Sedul-Baltar (ANZAC et 29e DI) tandis que les Français exécuteraient une diversion sur la rive asiatique à hauteur de Koum Kalé. Parallèlement, deux démonstrations navales, destinées à induire l’ennemi en erreur, devaient être exécutées, l’une au Nord, dans le golfe de Saros, face au plateau de Belair, l’autre sur la côte asiatique, au nord de Koum Kalé. Lire les premières lignes

p. 123-125

Recensions

Bernard Guetta : Dans l’ivresse de l’Histoire  ; Flammarion, 2017 ; 345 pages - Jérôme Pellistrandi

Prix Albert-Londres en 1981, Bernard Guetta appartient à la belle famille des grands correspondants de presse qui ont couvert des décennies de bouleversement du Monde, en y prenant souvent de vrais risques. Né au Maroc en 1951 dans une famille juive athée, il revendique pleinement son appartenance à la génération « soixante-huitarde » avec ses illusions et l’ivresse de ceux qui croyaient pouvoir changer le monde à coup de discussions enflammées et de militantisme débridé. Lire la suite

p. 126-127

Jean-René Van der Plaetsen : La Nostalgie de l’honneur  ; Grasset, 2017 ; 237 pages - Thibault Lavernhe

L’honneur a-t-il disparu ? Rien ne l’atteste, et pourtant, à en croire Jean-René Van der Plaetsen, l’honneur se serait envolé avec les derniers gaullistes, ces « grands seigneurs » dont les derniers représentants se sont effacés au crépuscule du XXe  siècle. Lire la suite

p. 127-129

Gilles Haberey et Hugues Pérot : Les 7 péchés capitaux du chef militaire  ; Pierre de Taillac, 2017 ; 258 pages - Serge Gadal

Il y a quelques années, le colonel Gilles Haberey et le lieutenant- colonel Hugues Pérot nous avaient gratifiés d’un premier manuel de tactique appliquée avec L’art de conduire une bataille (Pierre de Taillac, 2016, 330 p.) qui avait été fort apprécié et pas uniquement au sein de la communauté militaire. Dans le même style, et toujours en s’appuyant sur les grandes batailles de l’histoire, les auteurs s’intéressent cette fois-ci aux sept péchés capitaux du chef militaire. Lire la suite

p. 129-130

Capitaine B.-H. Liddell Hart : La Vie du colonel Lawrence  ; Économica, 2018 ; 272 pages - Olivier Kempf

Voici un livre qui suscite immédiatement la curiosité : parce qu’il parle d’Arabie, parce qu’il évoque le grand Lawrence que chacun ne connaît que par le film éponyme ou par les Sept piliers de la sagesse, enfin parce que la biographie est écrite par le capitaine Liddell Hart, fameux stratégiste anglais. Autant de facteurs qui incitent à ouvrir le livre : on commence à le feuilleter et on tombe littéralement dedans. Lire la suite

p. 130-132

Revue Défense Nationale - Avril 2018 - n° 809

Préparer demain : innover et anticiper

Innovation in our forces is not a matter of fashion but a necessary development in order to win future wars. In turn it requires us to adapt our organisation, to increase flexibility and to open minds so that innovation penetrates all levels of military culture. Such an approach will allow us to win the battle for operational superiority.

Preparing for Tomorrow: Innovation and Anticipation

The Army faces enemies of ever-changing nature and quite naturally looks to innovation to win its fights. That demands combining long-term projection and the challenges of the short-term cycle with improved capability to develop rapidly innovative projects that respond to operational needs.

Innovation has always been at the heart of the Air Force, to the extent that today, innovation is very much in the genes of aviators with their numerous initiatives to continue this tradition. The Air Innov’2022 plan aims at stimulating good practice and at removing the barriers to progress. Innovation will mean the Air Force can make a difference.

The French Navy is considering the challenges posed by Marine version 4.0, in which digital transformation will bring with it a fundamental change in its entire organisation and its operational knowledge base. New arrangements will lead to permanent adaptation to changing requirements, and in doing so shake up traditional conservatism.

The forces, their directorates and services are committed to a praiseworthy process of digital transformation which will allow them to speed up their adaptation to a rapidly-changing world. To achieve this, they have to think and to act differently, to see the future with dynamism and broaden minds to other ideas and practices in order to win.

The Allied Command for Transformation (ACT) is committed to moves towards favouring the culture of innovation by avoiding operating in isolation and encouraging openness to other ideas. Innovation for ACT is not a fashion but very much a major and permanent need.

The Forces’ medical service has always looked to technical and organisational innovation in order to progress and to respond to military needs. Innovation remains vital, so the service has set up new arrangements to support innovative projects and to allocate the means for bringing new ideas to life and encouraging risk-taking.

The Forces’ medical service is responsible for the medical support of all elements of the armed forces, in particular on operations. Together with the Directorate-general of armament and other partners, the service is developing novel aptitudes and techniques to be at the peak of medical practice, especially in the demanding conditions of overseas operations.

Digitisation, along with artificial intelligence in particular, is fundamentally changing the way that command posts are organised and operate. The digital revolution is speeding up and increasing the capacity for data handling, and in doing so offering new opportunities for improving the effectiveness of command and control (C2).

The Navy has two expert centres that contribute to the process of operational innovation: the CEPA (Centre d’expérimentations pratiques de l’aéronautique navale) and the CEPN (Centre d’expertise des programmes navals). Both rely on experience gained in the field for greater reactivity in the conduct of innovative programmes, but the latter can only be achieved if some of the excessive bureaucracy is swept away.

Artificial Intelligence (AI) is leading to fundamental developments in the structure and analysis processes of cyber-defence and hence in the resolution of problems. AI also opens up new opportunities in many fields albeit much remains to be done in order to benefit fully from the exploitation of data.

The design of future airborne vehicles of necessity requires consideration of their survivability in hostile environments. Much effort is needed in both research and innovation to develop demonstrators that will allow choices to be made between options such as speed or stealth for the penetration of enemy defences.

The defence world is taking an active interest in artificial intelligence (AI) and the advantages it can bring to a very wide range of applications. Current developments are taking a multi-disciplinary approach, in particular looking closely at how AI might support operations and their conduct.

The rapid growth of automated systems (robots, in simple language) and artificial intelligence poses complex questions regarding the ethics of their design and use. Along with this irreversible process an operational ethic needs to be developed that remains in firm contact with reality.

The continual development of 3D printing and additive fabrication has applications in both civil and defence industries. This technology brings many advantages but needs particular attention and advanced quality control techniques for the items produced, given that the technology is still very new.

Regional Approaches

Cameroon is in the main French speaking, though has an English-speaking minority that suffers today from lack of recognition. Political solutions are needed along with a dialogue between the interested parties whose starting point should be that multilingualism is not a problem, but an opportunity.

Opinions and Viewpoints

The Donbass remains an area of discord between Moscow and Kiev after three years of ‘frozen conflict’ that has nevertheless left 10,000 dead. Arriving at a political solution will be far from simple, given that Donbass is now an embarrassing burden for both sides, each of which refuses any genuine compromise.

The goal of the July 2017 Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons as promoted by certain NGOs, including the International Campaign to Abolish Nuclear Weapons (ICAN), was nuclear disarmament. Despite that, the Treaty is more a response to pressure groups than to strategic reality and is unlikely to lead to any real change in the situation even though arms control remains a legitimate concern.

After three months of negotiations, the new German government has been set up under Angela Merkel. Ursula von der Leyen continues as Minister of Defence and the coalition agreement should have no effect on her policy for homeland defence.

Chronicles

Book reviews

Bernard Guetta : Dans l’ivresse de l’Histoire  ; Flammarion, 2017 ; 345 pages - Jérôme Pellistrandi

Jean-René Van der Plaetsen : La Nostalgie de l’honneur  ; Grasset, 2017 ; 237 pages - Thibault Lavernhe

Gilles Haberey et Hugues Pérot : Les 7 péchés capitaux du chef militaire  ; Pierre de Taillac, 2017 ; 258 pages - Serge Gadal

Capitaine B.-H. Liddell Hart : La Vie du colonel Lawrence  ; Économica, 2018 ; 272 pages - Olivier Kempf

Revue Défense Nationale - Avril 2018 - n° 809

Préparer demain : innover et anticiper

La guerre est hélas un accélérateur de technologies et de progrès… Depuis l’Antiquité, soldats, savants et ingénieurs ont mis en commun leurs ressources pour concevoir, développer et utiliser des armements plus perfectionnés afin de gagner la guerre. Et bon nombre d’innovations ont bénéficié de cette longue marche, avec à chaque fois l’espoir que la victoire serait synonyme d’une paix définitive. Le centenaire de la Grande Guerre en est une illustration avec certes l’industrialisation terrifique du champ de bataille, mais aussi l’accélération de la mécanisation, le développement de l’aviation, l’essor de la radio et la médecine d’urgence qui permit de sauver des milliers de combattants malgré leurs blessures.

Dans un monde instable où les rapports de force en viennent à remplacer les mécanismes de régulation mis en place depuis 1945, notre défense se doit de préparer demain, d’anticiper les futures formes de conflits et de donner à notre pays les moyens de sa défense. Cela signifie « Innover ». Non pas pour suivre l’air du temps où le mode start-up serait la panacée, mais bien pour répondre à de multiples défis, dont le numérique et l’intelligence artificielle. En effet, avec cette quatrième révolution industrielle, de nouveaux champs de conflictualité s’ouvrent devant nous, obligeant à la fois à des réponses différentes mais aussi à une éthique de responsabilité. Cela d’autant plus que certains États ou d’autres entités comme les terroristes se réclamant du djihad islamiste, ne reculeront devant aucune barrière morale pour parvenir à leurs fins.

Au moment où la Loi de programmation militaire 2019-2025 devient une réalité législative, la RDN propose à ses lecteurs plus qu’un dossier, mais bien une réflexion structurante qui va au-delà de la description des projets actuels et des mécanismes mis en place pour soutenir l’innovation. C’est bien un projet global, s’appuyant sur la réalité d’aujourd’hui, regardant avec attention le retour d’expérience, qui permettra de préparer demain, en ayant toujours comme perspective l’engagement opérationnel qui est la finalité ultime pour nos forces armées.

Cet engagement opérationnel est bien ce socle commun, forgé par notre Histoire et l’Esprit de corps, qui doit conduire notre action.

Car, au-delà des inventions, des techniques, des processus et des innovations, la réalité du terrain est la seule qui compte, la seule que le soldat – quel que soit son statut – doit affronter.

Le sacrifice ultime librement consenti par le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame nous rappelle cette brutale réalité de la guerre et de la violence. Et que les Armées de la France sont le bouclier et l’épée face à la barbarie.

 

NDR : je remercie particulièrement l’administrateur civil hors classe (ACHC) Fried Tsiporah pour son aide apportée dans la constitution du dossier « Préparer demain : innover et anticiper ».

Jérôme Pellistrandi

Décembre 2019
n° 825

Le droit et l'usage de la force armée

Actualités

04-12-2019

Discours du président de la République lors de l'hommage national au treize militaires morts pour la France en opération au Mali

27-11-2019

Hommage aux 13 militaires français : Florence Parly se rend au Mali

26-11-2019

Treize militaires de l’opération Barkhane meurent dans un accident d’hélicoptères

25-11-2019

Renseignement : lancement du programme Archange

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...