Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

Novembre 2017 - n° 804

Armement et économie de défense

« Le plus grand arbre est né d’une graine menue »

Lao-Tseu

Le calendrier très serré est tenu. La Revue stratégique de défense et de sécurité nationale a été présentée au président de la République le 11 octobre. Ce document de 110 pages se veut être une « analyse lucide et volontariste » permettant dès lors de préparer la prochaine loi de programmation militaire 2019-2024. L’un des mérites de la Revue stratégique est d’être très explicite sur les menaces et les risques avec un ennemi clairement désigné, le terrorisme djihadiste et le retour du rapport de force comme instrument de régulation internationale. Dans un environnement stratégique instable, incertain et ambigu, les adversaires potentiels ne cessent de se réarmer pour conduire des conflits plus durs. Lire la suite

 

Il y a soixante-dix ans, le Plan Marshall était proposé par les États-Unis à une Europe encore exsangue de la guerre et divisée avec la partie orientale contrôlée par l’URSS. Il avait une double ambition : économique et politique, et a atteint ses objectifs contribuant à initier un début de construction européenne.

 

La diplomatie exige des diplomates de qualité dont la formation est essentielle, s’appuyant sur des compétences et des connaissances acquises, mais aussi sur des valeurs personnelles dont l’aptitude à négocier et à écouter, comprendre et dialoguer, tout en respectant l’autre.

 

Armement et économie de défense

L’acquisition de matériels spécifiques pour les Forces spéciales reste complexe à cause de procédures administratives souvent rigides et peu adaptées, en particulier pour des start-up innovantes. Il est urgent d’améliorer l’efficacité de notre dispositif d’achats d’autant plus qu’il s’agit de répondre à des besoins opérationnels concrets.

 

La démarche d’innovation doit s’imposer au sein du ministère des Armées en s’inspirant des nouveaux processus issus des communautés technologiques venant du monde de l’Internet. Une impulsion doit être ainsi donnée pour que l’innovation ouverte s’inscrive dans la culture de la Défense.

 

La France dispose d’atouts majeurs pour ses industries d’armement. À l’horizon 2030, dans un monde instable, de nouveaux cadres innovants de coopération seraient judicieux, permettant ainsi de capitaliser sur nos compétences mais aussi d’élargir nos marchés avec des partenaires notamment asiatiques, comme le Japon et la Corée, et pourquoi pas avec la Russie.

 

Les objets connectés sont désormais d’usage courant. Leur emploi pour les Forces va devenir une réalité, même s’il faut encore progresser notamment pour la cybersécurité. Le secteur très innovant doit retenir l’attention des armées et s’appuyer sur un tissu de PME et de start-up dynamiques.

 

La révolution numérique a entraîné l’« uberisation » des modèles économiques conventionnels. La défense pourrait bénéficier de cet accélérateur d’innovation dont les principes peuvent paraître antinomiques à l’écosystème de la Défense. Entre « uberiser » et ne rien faire, des opportunités existent et méritent d’être étudiées.

 

La Base industrielle et technologique de défense (BITD) française constitue un atout majeur tant pour notre défense que pour notre économie. Il faut cependant trouver des relais de croissance notamment par l’export, à condition de mieux organiser l’offre et proposer des services globaux et performants face à une concurrence toujours plus efficace.

 

Approches régionales

Pour le sous-continent indien, l’eau constitue une denrée rare source d’instabilité. La gestion y est très complexe pour de nombreuses raisons dont l’organisation politique de l’Inde limitant l’autorité du pouvoir central. Les rivalités entre les États voisins ne facilitent pas la mise en place d’une politique de gestion efficace des ressources hydriques.

 

La Corée du Nord est soumise à une politique de sanctions économiques strictes mais qui, au final, n’empêche pas le régime de progresser dans ses programmes militaires, en particulier nucléaires et balistiques. En renforçant la mentalité de citadelle assiégée, ces sanctions se révèlent peu efficaces

 

Repères - Opinions

Le Salon Milipol Paris est le rendez-vous des professionnels autour de l’écosystème de la sécurité intérieure. Cette 20e édition confirme l’importance de cette manifestation, s’appuyant sur l’expérience reconnue de la France dans ce domaine alors que la menace terroriste reste extrême.

 

L’Armée de l’air doit préparer l’avenir à l’horizon 2035 en réfléchissant aux exigences de demain où innovation, complémentarité, connectivité et hybridation seront nécessaires. Les équilibres stratégiques à venir renforcent le besoin d’une capacité aéronautique complète, diversifiée et performante, s’adaptant en permanence.

 

Les espaces maritimes jouent un rôle majeur dans la mondialisation des échanges, en facilitant les transits et en abaissant les coûts. Cependant, cela signifie un accroissement des menaces avec notamment le crime organisé. La sécurité de nos territoires commence donc en mer et nécessite une réponse globale.

 

Les entreprises sont confrontées à une guerre économique qu’il convient de gagner pour permettre le développement de l’entité. Cela nécessite des capacités multiples dont l’influence, grâce à une compréhension fine des besoins du client. Cette démarche est aujourd’hui indispensable dans ce champ de confrontation.

 

La question de l’information et de sa véracité est devenue centrale dans le fonctionnement de la société. Les médias sont remis en cause, l’autorité ou l’expertise sont délégitimées par une opinion publique utilisant les réseaux sociaux désormais sans limite et sans filtre. Comment dès lors discerner la bonne information ?

 

La Turquie d’Erdogan a remis en cause les fondements imposés par Atatürk à partir des années 1920. Il s’agit de retrouver une identité ottomane antioccidentale et musulmane, en considérant que la culture démocratique n’a pas réussi à s’enraciner durablement dans l’opinion publique.

 

Après la fin des empires coloniaux et le partage du monde en deux blocs antagonistes, de nouvelles puissances apparaissent, désireuses de se constituer, à défaut d’empires militaires, des aires d’influence et de pouvoir, au risque d’accroître des antagonismes historiques, en particulier, au Levant.

 

Définir les menaces hybrides reste une question sensible, avec une divergence sémantique entre les approches de l’Otan et de l’UE. Or, il serait nécessaire d’adopter une terminologie commune et donc une doctrine commune, permettant dès lors de répondre efficacement à une crise potentielle.

 

Recensions

Thierry de Montbrial et Dominique David (dir.) : Ramses 2018 - La guerre de l’information aura-t-elle lieu ?  ; Ifri/Dunod, 2017 ; 368 pages - Claude Le Borgne

Le Ramses, rapport de l’Institut français des relations internationales (Ifri), nous rappelle chaque année au devoir. Ce sont nos feuilles d’automne et Thierry de Montbrial, Dominique David et Philippe Moreau Defarges ouvrent leur ronde. Lire la suite

 

Grégoire Demezon et Franck Peinaud : L’Europe face au terrorisme  ; (préface du général d’armée Richard Lizurey, directeur de la Gendarmerie nationale) Nuvis, 2017 ; 152 pages - Marie-Dominique Charlier-Barou

Deux officiers supérieurs de la Gendarmerie nationale, tous deux Saint-Cyriens et brevetés de l’École de Guerre, ont décidé de réunir leurs compétences respectives sur les questions liées au terrorisme et aux mécanismes européens de défense pour écrire leur tout premier livre. Voilà qui est peu courant, et très engageant, et ce d’autant plus que le sujet qu’ils décident d’étudier est paradoxalement de grande actualité, mais peu, voire pas traité. Le directeur de la Gendarmerie nationale, le général d’armée Richard Lizurey n’a pas hésité à rédiger la préface de cet ouvrage en saluant par là même, une belle œuvre de pédagogie et une réflexion d’une grande qualité. Lire la suite

 

Pierre Lellouche : Une guerre sans fin  ; Les Éditions du Cerf, 2017 ; 482 pages - Claude Le Borgne

Un grand merci à Pierre Lellouche ! L’un de nos plus éminents stratégistes dénonce le péril islamiste. La crainte d’être étiqueté islamophobe retient la plupart de ses confrères dans une prudente réserve, voire dans la complicité inconsciente des « idiots utiles ». L’ennemi, en cette guerre annoncée, est ici clairement désigné. Le drapeau de Daech illustre la couverture, le titre donne la mesure du danger, « guerre sans fin », et dès le premier chapitre le paysage est planté : à Saint-Denis, la basilique est désormais au cœur d’une ville étrangère. L’auteur se donne d’emblée les coudées franches. Il dénonce le « pas d’amalgame », exhortation vertueuse selon laquelle ce que nous tenions pour l’ennemi n’est que dévoiement d’une « religion de paix et de lumière » (Jack Lang). Lire la suite

 

Christian Lequesne : Ethnographie du Quai d’Orsay  ; CNRS Éditions, 2017 ; 256 pages -

À l’heure où la politique extérieure de la France semble à la fois indispensable et déboussolée, un livre bien documenté vient éclairer les pratiques des diplomates français. Diplomates, c’est-à-dire les ambassadeurs : le livre de Christian Lequesne ne traite en effet que l’élite – les cadres A+ – du Quai d’Orsay qui se distribuent entre les postes dans l’administration centrale à Paris ou à Nantes et les fonctions d’ambassadeur dans 136 pays du globe, qui permet à la France d’entretenir le troisième plus grand réseau diplomatique après les États-Unis et la Chine. Par choix, l’auteur n’aborde pas les fonctions de conseiller de coopération et d’action culturelle, d’attaché de coopération (universitaire, scientifique ou éducative) ou de directeur d’Alliance française, qui constituent pourtant le gros des troupes de ce foisonnant dispositif de coopération qui ravit souvent les étrangers. Lire la suite

 

Robert Saucourt : Lieutenant-colonel Georges Masselot  ; Éditions Atelier Fol’Fer, 2016 ; 174 pages - Pierre Brière

La célèbre phrase de François 1er : « Tout est perdu fors l’Honneur » pourrait avoir été prononcée par Georges Masselot tant sa vie aura illustrée la belle devise de la Légion étrangère : « Honneur et Fidélité ». Lire la suite

 

Revue Défense Nationale - Novembre 2017 - n° 804

Armement et économie de défense

Seventy years ago the United States offered the Marshall Plan to a Europe still on its knees after the war. Divided, too, with its Eastern part controlled by the USSR. The Plan’s double intent, economic and political, achieved its objectives through contributing to the very start of European construction.

Diplomacy demands high-quality diplomats, for whom training is essential. Such training calls upon the competence and knowledge acquired through such training, yet also upon personal values, which include the ability to negotiate, listen, understand and entertain dialogue whilst respecting others’ points of view.

Armament and the Defence Economy

Procurement of the particular equipment needed by Special Forces remains a complex procedure because of the often rigid and ill-adapted administrative procedures; this is more than ever apparent where innovative start-ups are involved in equipment provision. There is an urgent need to improve the effectiveness of French procurement procedures, especially where we have to respond to distinct operational requirements.

A climate of innovation has to be established within the Ministry of Defence, drawing inspiration from new processes that come from the technological community of the Internet. There is also a need for impetus to make open innovation become part of defence culture.

The French armaments industry has a number of major advantages, yet looking ahead to 2030, and given our unstable world, it would seem sensible to create new frameworks for cooperation. These would allow us to capitalise on our competences and also to expand our markets particularly into Asia—such as with Japan and Korea—and perhaps with Russia, too.

Connected equipment is today a matter of fact. Use of this technology for the forces will soon in its own way be a matter of fact, too, even though progress has yet to be made in the field of cyber-security. The armed forces should keep a close eye on this highly innovative sector and build upon a network of dynamic SMEs and start-ups.

The digital revolution has brought with it what is often referred to as uberisation of conventional economic models. Despite the principles of uberisation seeming out of phase with those of the traditional defence environment, the latter could benefit from this boost to innovation. Somewhere between the extremes of ‘uberising’ and doing nothing there lie opportunities that merit study.

The French defence technical and industrial base offers major advantages to the country’s defence and its economy. Nevertheless, there is a need to look for opportunities for growth, in particular through exports. This has to be done by better organisation of what is on offer and by offering high quality comprehensive services in the face of ever-more effective competition.

Regional Approaches

Water is a rare commodity and a source of instability in the Indian sub-continent. Management of it is highly complex for many reasons, which include the political organisation of India, which limits the authority of the central power. Rivalry between neighbouring states does little to ease the establishment of an effective water resource management policy.

North Korea is subject to a policy of strict economic sanctions which, it seems, are not stopping the regime from pushing ahead with its military programmes, and in particular the nuclear and ballistic missile programmes. Since such sanctions appear to be strengthening the mentality of a country under siege, they are having little of the desired effect.

Opinions and Viewpoints

The Milipol Paris exhibition is the meeting place for professionals of the world of internal security. This twentieth edition is as important as ever, and calls upon renowned French experience in the field in an era of high-level terrorist threat.

With 2035 as its horizon, the Air Force has to prepare for the future by considering tomorrow’s demands, in which innovation, complementarity, connectivity and hybridisation will be necessary. Future strategic balances highlight the need for a broad aeronautical capability that is diversified and effective and, moreover, capable of permanent adaptation.

Sea space plays a major role in the globalisation of trade by easing transit and reducing costs. Hand-in-hand with that comes an increase in the number of threats, notably among which is organised crime. Security of our territories therefore begins at sea and demands a wide-reaching solution.

Industry is confronted with an economic war that it has to win in order to progress. To win requires numerous capabilities, which include influence gained through a detailed understanding of clients’ needs. Such action is essential today in this field of conflict.

The issue of news and information generally, and of its truthfulness, has become central to how our society functions. The media are increasingly called into question, and authority and expertise are challenged by public opinion that uses social networks which have neither limits nor filters. How, then, can we distinguish good information from bad?

Erdogan’s Turkey is challenging the foundations set in place by Atatürk, which began in the nineteen-twenties. It is looking to re-establish an anti-Western, Ottoman and Muslim identity through declaring that democratic culture has not taken root over the long term in Turkish public opinion.

With colonial empires consigned to history, and with the end of a world divided into two antagonistic blocks, we see the appearance of new powers that, in the absence of military empires, are looking to create zones of influence and power. They bring with them the risk of rekindling historical antagonism, particularly in the Levant.

The definition of hybrid threats is a sensitive matter, and suffers from semantic differences between NATO and European Union approaches to the issue. For all that, common terminology and common doctrine will have to be adopted if we are to respond effectively to a potential crisis.

Book reviews

Thierry de Montbrial et Dominique David (dir.) : Ramses 2018 - La guerre de l’information aura-t-elle lieu ?  ; Ifri/Dunod, 2017 ; 368 pages - Claude Le Borgne

Grégoire Demezon et Franck Peinaud : L’Europe face au terrorisme  ; (préface du général d’armée Richard Lizurey, directeur de la Gendarmerie nationale) Nuvis, 2017 ; 152 pages - Marie-Dominique Charlier-Barou

Pierre Lellouche : Une guerre sans fin  ; Les Éditions du Cerf, 2017 ; 482 pages - Claude Le Borgne

Christian Lequesne : Ethnographie du Quai d’Orsay  ; CNRS Éditions, 2017 ; 256 pages -

Robert Saucourt : Lieutenant-colonel Georges Masselot  ; Éditions Atelier Fol’Fer, 2016 ; 174 pages - Pierre Brière

Revue Défense Nationale - Novembre 2017 - n° 804

Armement et économie de défense

Le calendrier très serré est tenu. La Revue stratégique de défense et de sécurité nationale a été présentée au président de la République le 11 octobre. Ce document de 110 pages se veut être une « analyse lucide et volontariste » permettant dès lors de préparer la prochaine loi de programmation militaire 2019-2024. L’un des mérites de la Revue stratégique est d’être très explicite sur les menaces et les risques avec un ennemi clairement désigné, le terrorisme djihadiste et le retour du rapport de force comme instrument de régulation internationale. Dans un environnement stratégique instable, incertain et ambigu, les adversaires potentiels ne cessent de se réarmer pour conduire des conflits plus durs.

Dès lors, la France doit impérativement conserver un modèle d’armée complet et équilibré, avec une dissuasion nucléaire à deux composantes modernisées. Cela signifie – et les mots ont leur importance – une remontée en puissance de notre défense s’appuyant sur une ambition industrielle forte, capable de fédérer au plan européen et développant un niveau technologique élevé, dynamique et valorisant l’innovation. Notre pays dispose de ces atouts. Il appartient maintenant, après cette première étape, de concrétiser ce choix politique en termes d’ambitions opérationnelles, de capacités à mettre en œuvre et donc d’avoir les ressources humaines mais surtout financières conformes à nos intérêts et consolidées dans la durée.

L’une des pistes pour réussir ce projet passe notamment par l’innovation – clé de notre indépendance technologique et donc de notre souveraineté. L’enjeu est à la fois de préparer le temps long avec des programmes structurants dont la durée de vie est de l’ordre du demi-siècle et de mettre en valeur le temps court qu’apporte la révolution numérique. Cela exige une agilité opérationnelle, mais aussi culturelle, en valorisant l’esprit d’innovation qui nous permettra de conserver un avantage face à des puissances aux ambitions agressives et donc déstabilisantes dans certaines régions du monde, y compris aux portes de l’Europe. Le dossier de ce mois propose les travaux de la session « Armement et économie de défense » de la 53e session nationale de l’IHEDN, illustrant en particulier ce besoin de développer la culture de l’innovation qui est une condition indispensable afin de faire la différence notamment pour nos forces en opération. Cela est d’autant plus nécessaire que nous en avons les capacités et les compétences.

Se pose ici la question de l’ambition européenne largement réaffirmée dans la Revue stratégique. Or, l’alignement des planètes n’est plus optimum aujourd’hui avec le Brexit monopolisant durablement Londres et la Commission européenne, la constitution d’une coalition « Jamaïque » en Allemagne qui reste laborieuse et compliquée, la crise catalane pour Madrid paralysant de fait sa diplomatie de défense, et les derniers résultats électoraux en Autriche et en République tchèque favorisant les partis populistes méfiants à l’égard des institutions européennes, en attendant les élections italiennes d’ici le printemps.

Cela signifie donc un effort supplémentaire pour la France en vue de proposer une démarche réaliste, pragmatique et efficace. C’est le rôle du premier de cordée de tirer vers le haut.

Jérôme Pellistrandi

Avril 2019
n° 819

Relancer la défense de l’Europe

Actualités

16-04-2019

Le triste incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris ce 15 avril nous rappelle la vulnérabilité de ces édifices, et c'est pourquoi en janvier 1940, la RDN s'intéressait à « La protection des monuments historiques en temps de guerre ».

10-04-2019

Expositions Yom de Saint Phalle, artiste et ancien légionnaire, à Aubagne

03-04-2019

In memoriam : décès du médecin Marc Laycuras

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...