Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

Janvier 2019 - n° 816

Devoir de mémoire et repères stratégiques

« Je n’aime pas l’expression devoir de mémoire. Le seul “devoir” c’est d’enseigner et de transmettre »

Simone Veil

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Janvier 2019 - n° 816

Devoir de mémoire et repères stratégiques

L’année 2018 aura été marquée par la fin du Centenaire de la Grande Guerre commémorée en grande pompe avec un final à l’Arc de Triomphe le 11 novembre. Or, à peine quelques jours après, des scènes de guérilla urbaine se sont déroulées au pied du monument, sans aucune considération pour la flamme du Soldat inconnu. Ces images de saccage et de pillage ont choqué car elles soulignaient – au-delà des considérations politiques – l’absence de respect pour un des hauts lieux de notre histoire nationale mais aussi mondiale. Quand le souvenir unit des pays qui autrefois se sont entre-déchirés, le symbole de la paix reconstruite se doit d’être préservé et transmis aux générations futures. C’est bien le rôle du devoir de mémoire – même si le débat est légitime entre Histoire et mémoire – que de contribuer à ce passage de témoin entre les générations.

C’est bien pourquoi, en ce début 2019, la Revue Défense Nationale propose ce dossier qui n’est pas exclusivement historique et apporte plusieurs approches autour de cette thématique, avec une idée transverse, le besoin de donner un sens – en s’appuyant sur l’Histoire – à cette mémoire nationale, y compris dans ses zones grises qu’il importe de connaître pour pouvoir les assumer.

De fait, la Revue, qui va fêter ses quatre-vingts ans ce printemps, participe ainsi à ce devoir de mémoire mais aussi à la préparation des stratégies de défense pour la France. Ainsi, plus de 5 800 auteurs avec environ 23 000 publications réparties entre le mensuel et le site Internet ont contribué à alimenter cette réflexion stratégique, construire le débat et appuyer nos armées dont l’engagement opérationnel, tant en opérations extérieures que sur le territoire national démontre l’excellence, même si les difficultés restent nombreuses notamment en termes de ressources et de Maintien en condition opérationnelle (MCO). L’efficace réaction d’une patrouille de Sentinelle lors de l’attentat islamiste de Strasbourg l’a récemment démontré, de même que l’ensemble des missions conduites tout au long de cette année 2018 qui ont sollicité toutes les forces et les ressources du ministère des Armées, sans oublier la Gendarmerie. Dans un monde multipolaire où les égoïsmes nationaux semblent l’emporter sur le multilatéralisme et la démocratie, renforcer notre outil de défense, dans toutes ses composantes – en y intégrant la BITD et la dimension européenne – est une exigence due à nos concitoyens. Cela impose également un devoir d’explication autour des enjeux stratégiques trop souvent occultés dans le débat national. Contrairement à des slogans trop réducteurs, il ne s’agit pas d’opposer d’un côté le budget des armées et de l’autre les besoins sociaux.

Investir dans notre défense, c’est garantir la sécurité et la paix qui sont indispensables au bon fonctionnement de notre société. Agir au Sahel, frapper contre Daech au Levant, ou patrouiller dans notre Zone économique exclusive (ZEE) pour protéger notre souveraineté, participent ainsi au développement de notre pays et à consolider sa place au sein de l’Union européenne et des institutions internationales. C’est d’ailleurs cette vision qui transcende la politique de défense de la Ve République, tirant les leçons de notre Histoire symbolisée par l’Arc de Triomphe.

Jérôme Pellistrandi

Florilège historique

Semaine 13

« À travers les revues - La France sans l’Otan » (décembre 1965) par La Rédaction

En 1965, la montée en puissance de la dissuasion française devient une réalité tangible d’ailleurs très vite perçue par les États-Unis. Les forces aériennes stratégiques (FAS) avec le binôme Dassault Mirage IV-Boeing KC-135 ont pris l’alerte nucléaire, tandis que l’arsenal de Cherbourg travaille sur le sous-marin Redoutable qui sera lancé en 1967. La Bombe française apparaît alors peu à peu comme une garantie supplémentaire face à la menace soviétique et participe dès lors à protéger l’Europe en plus du parapluie nucléaire américain et indépendamment de l’Otan. Lire la suite

e-Recensions

Général Marc Paitier : La mémoire du vin - Entre héritage et transmission  ; Mareuil Éditions, 2019 ; 270 pages.

« Le vin est l’une des matières les plus civilisées du monde », écrivait Ernest Hemingway. C’est en quelque sorte le message délivré par l’auteur dans son ouvrage. Lire la suite

Emmanuel Desclèves

Les cahiers de la RDN

Sigem 2019 - mars 2019

Autonomie et létalité en robotique militaire - Décembre 2018

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères

 

Mars 2019
n° 818

MCO aéronautique : de nouveaux défis

Actualités

22-03-2019

Premier vol du prototype de l’hélicoptère SB-1 Defiant – First flight test for the new SB-1 Defiant

20-03-2019

Il y a 90 ans, la disparition du Maréchal Foch – 
90 years ago, the death of Marshal Foch

15-03-2019

Réception du 3e BSAM – la Seine – par la DGA - Third supply ship for the French Navy

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...