Mars 2017 - n° 798

Du porte-avions

« Être une puissance mondiale, cela veut dire être une puissance maritime »

Georges Leygues

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Il y a soixante ans, six pays d’Europe occidentale signaient le 25 mars 1957 le Traité de Rome, donnant ainsi naissance au projet européen. Celui-ci avait été initié quelques années plus tôt avec la création de la CECA permettant de mettre en commun charbon et acier, les matières premières indispensables à la reconstruction du « vieux » continent marqué par les cicatrices encore douloureuses de la guerre. Lire la suite

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Mars 2017 - n° 798

Du porte-avions

Il y a soixante ans, six pays d’Europe occidentale signaient le 25 mars 1957 le Traité de Rome, donnant ainsi naissance au projet européen. Celui-ci avait été initié quelques années plus tôt avec la création de la CECA permettant de mettre en commun charbon et acier, les matières premières indispensables à la reconstruction du « vieux » continent marqué par les cicatrices encore douloureuses de la guerre.

Dans un contexte d’incertitude stratégique et idéologique majeur, liée à la guerre froide avec la menace avérée de l’apocalypse nucléaire, ces États s’engageaient politiquement et économiquement dans une perspective de progrès partagé, per- mettant d’étouffer les nationalismes et les populismes des années 1930, source des désastres ultérieurs. Force est de constater que ces leçons de l’Histoire semblent aujourd’hui hélas oubliées par certains leaders politiques prompts à dresser des frontières et des murs.

Il y a quelques semaines, le porte-avions Charles-de-Gaulle rentrait au bassin, à Toulon, pour un chantier majeur d’une durée de dix-huit mois visant à le moderniser et à poursuivre jusqu’à l’horizon 2040 une carrière opérationnelle déjà particulièrement dense. Cette indisponibilité technique est l’occasion à la fois de présenter les objectifs du programme industriel en cours, mais aussi de réfléchir à l’outil politique que constitue ce type de navire. Ce n’est pas un hasard si les marines de Russie, de Chine et d’Inde s’efforcent de rattraper leur retard dans le domaine de l’aéronavale embarquée par rapport aux puissances occidentales comme les États-Unis ou la France. Ainsi, le deuxième cycle opérationnel de notre porte-avions a démontré la pleine maturité de notre groupe aéronaval désormais équipé en « tout Rafale », fruit de bientôt quatre-vingts ans d’expérience de ce type de bâtiment.

Ce type de maturité opérationnelle est également le résultat de notre système de formation. C’est le thème du deuxième dossier de ce mois avec des contributions portant sur des aspects souvent peu connus mais pourtant indispensables pour préparer nos cadres militaires mais aussi civils à assumer des responsabilités – que ce soit dans le cadre de la fonction publique, à l’international ou des entreprises, voire des ONG – dans un contexte plus difficile, où les tensions stratégiques ne cessent de croître sur fond d’une menace terroriste islamiste permanente.

À l’heure où notre pays est désormais entré dans la campagne présidentielle, il est essentiel que tant nos décideurs que les électeurs prennent conscience de ces enjeux de sécurité et de défense. Et que toute négligence ou baisse dans l’effort se payent désormais au prix fort.

Les leçons de l’histoire sont là pour nous le rappeler, à condition d’y réfléchir avec sérieux et sans se contenter d’en extraire des tweets.

Tribune

24 Mai 2017

La poudrière sahélienne (T 896)

Mustapha Benchenane

Le contrôle des flux migratoires est-il possible alors qu’avec la mondialisation, on fait l’apologie de la liberté de circulation des produits, des services et des biens ? Jusqu’à présent, les mesures prises pour enrayer ou ralentir ce phénomène ont échoué. C’est sans doute parce que l’on a mal identifié les vrais problèmes. Il conviendrait de réaliser des projets précis avec les responsables de ces pays et surtout avec les peuples concernés.

Lire la suite
Article gratuit jusqu'au 24 Juin 2017

Florilège historique

Semaine 21

Les deux républiques du Yémen et la confrontation idéologique est-ouest (juin 1975) par Noël Jeandet

À l’heure où le Yémen connaît une guerre civile sur fond d’affrontement Chiites-Sunnites, il n’est pas inutile de regarder en 1975 lorsque les deux Yémen étaient en rivalité sur fond de nationalisme arabe avec un Yémen du nord proche de Ryad et un Yémen du Sud imprégné d’idéologie marxiste et qui bénéficiait de l’appui de l’URSS et de la Chine maoïste. Lire la suite

e-Recensions

Julian Lindley-French et William Hopkinson : The New Geopolitics of Terror: Demons and Dragons (préface du général John Allen)   ; Routledge, Londres, 2017 ; 126 pages.

Julian Lindley-French, vice-président de l’Association du Traité de l’Atlantique (ATA) et William Hopkinson, ancien directeur adjoint du Royal Institute of International Affairs (Chatham House) et ancien Secrétaire d’État adjoint au ministère de la Défense britannique, s’attellent dans cet ouvrage à proposer une vision cohérente des évolutions géostratégiques au Moyen-Orient et à présenter un plaidoyer pour une nouvelle stratégie audacieuse, qui permettrait de mettre fin aux multiples déchirures que connaît cette région. Lire la suite

Ana Pouvreau

Les cahiers de la RDN

Mai 2017 - 73 pages

Conférence du 20 avril 2017

Cyberattaques 7 avril 2017

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères

 

Mai 2017
n° 800

Le débat stratégique en revue

Brèves

05-05-2017

À l'occasion de la publication de son huit-centième numéro, la RDN double la durée de votre abonnement numérique souscrit avant le 31 mai !

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...