Semaine 8/2017 - Rencontre entre Mao et Nixon le 21 février 1972

En février 1972, le président américain Richard Nixon se rendait en Chine, à Pékin. Ce voyage a été considéré comme historique et marquait le début d’un dialogue entre deux Etats que tout opposait, en particulier sur le plan idéologique. Sur fond de bourbier vietnamien, les Etats-Unis y voyaient également le besoin de stabiliser une région compliquée, marquée par des antagonismes séculaires, dont la relation Chine-Japon ou encore la délicate question du soutien américain à Formose (aujourd’hui Taïwan). De fait, cette visite a été le début d’une normalisation que la mort de Mao a permis quelques années plus tard.

semaine 7/2017 : La Marseillaise est officialisée comme hymne national le 14 février 1879

L’essayiste et historien Georges Lecomte, membre de l’Académie française depuis 1924, proposait dans le numéro de décembre 1939, alors que la Drôle de Guerre figeait les armées françaises dans un immobilisme funeste sur la Ligne bleue des Vosges face à la Wehrmacht, une réflexion lyrique sur l’histoire de la Marseillaise, notre hymne national, vecteur de ferveur patriotique. Une approche intéressante-certes datée- à l’heure où le débat sur l’identité nationale est devenu une source de préoccupation, d’interrogation et de division. G.Lecomte (1867-1958) fut élu secrétaire perpétuel de l’Académie française au printemps 1946.

Semaine 6/2017 - Fin du séparatisme rhénan après le massacre de Pirmasens le 12 février 1924

La question de l’unité allemande a été centrale pour la France de 1815 à 1946 avec la recherche d’une solution pérenne diminuant la puissance potentielle d’un tel ensemble. Après la débâcle nazi, le débat s’est ouvert quelques mois , dans l’attente d’un choix des Alliés sur la nature de l’Allemagne future, avec la volonté absolue d’empêcher toute tentation d’un retour du Reich.

Entre vision fédérale (qui l’emportera) et vision centralisée, la France avait alors milité pour une forme de démembrement en mettant en avant un projet d’un Etat rhénan organisé autour du Rhin, constituant ainsi un Etat-tampon par rapport à un Etat berlinois. Un autre élément dans cette approche française était une Bavière indépendante et catholique , diminuant ainsi l’ensemble démographique allemand et donc le risque d’une nouvelle Prusse.

Semaine 5/2017 – Jean-Baptiste Bernadotte est sacré Charles XIV Jean roi de Suède et de Norvège le 5 février 1818

L’assassinat en 1948 du diplomate suédois Folke Bernadotte a été l’occasion de revenir sur la personnalité emblématique de la dynastie Bernadotte, Jean-Baptiste. Né en 1763 à Pau, il s’engage au Royal Marine et participe aux batailles de la Révolution. Jacobin opportuniste, il se rallie à Bonaparte mais sans enthousiasme. Ambassadeur controversé à Vienne en 1798, il épouse Désiré Clary (1777-1860) ancienne fiancée de Napoléon.

En 1804, il est promu Maréchal. En 1810, il est candidat à la succession du trône de Suède et est choisi comme Souverain, avec l’autorisation de l’Empereur. Cela ne l’empêche pas de pratiquer un renversement des alliances en 1815 en ralliant la coalition menée par l’Empereur de Russie. Régnant sous le nom de Charles XIV à partir de 1818, il développe l’économie. Sa dynastie règne toujours sur la Suède.

Semaine 4/2017 – Création de l’Armée rouge le 29 janvier 1917

Après les révolutions russes de 1917, les Bolcheviks souhaitent mettre en place une armée afin de combattre leurs opposants. Le 28 janvier 1918, un décret du Conseil des commissaires du peuple transforme la Garde rouge en Armée rouge. Elle avait pour objectif de combattre l'armée Blanche, composée de la France, du Royaume-Uni, de la Tchécoslovaquie, des États-Unis et de l'empire du Japon. Elle participera notamment à la guerre civile russe, la Seconde Guerre mondiale et la guerre d'Afghanistan.

Semaine 3/2017 – Découverte de l’archipel d’Hawaï le 18 janvier 1778.

Le fait est souvent ignoré, mais la France est depuis le XVIIIe siècle une puissance du Pacifique et se retrouve donc confrontée à une autre réalité stratégique par rapport à ses approches immédiates. Paris ne peut donc pas se désintéresser de cette spécificité géopolitique complexe qui nécessite un minimum de capacités, ne serait-ce que pour préserver sa souveraineté et protéger ses ressources.

Semaine 2/2017 - Incident de Mechelen le 10 janvier 1940

En janvier 1940, la capture de documents allemands sur une offensive à venir sur le Front de l’Ouest a suscité une effervescence au grand quartier général (GQG) de Vincennes dirigé par le général Gamelin. Outre l’incertitude sur les plans nazis, se posait la question de la position belge dont la neutralité ne favorisait pas la planification des opérations pour l’armée française. Au final, l’agitation provoqué par cette affaire n’empêcha pas le GQG de sombrer dans le chaos à partir du 10 mai 1940, malgré des mois de préparation face à l’attaque allemande à travers les Ardennes.

Semaine 1/2017 - Création du Commissariat général du Plan le 3 janvier 1946

Le sens du Plan Monnet n’a pas toujours été exactement reconnu. La responsabilité n’en incombe certes pas au Commissariat du Plan, qui a eu un souci constant d’informer l’opinion, estimant que cette confiance témoignée aux capacités de jugement de chaque citoyen était le propre d’une démocratie digne de ce nom.

Février 2017
n° 797

De l’emploi opérationnel

Brèves

15-02-2017

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...